Expatriation: bien vivre la distance avec ses proches- Dépasse tes Frontières
1481
post-template-default,single,single-post,postid-1481,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
Blog-surmonter-distance-proches

Comment bien vivre la distance avec vos proches en expatriation?

Bien vivre la distance avec ses proches est un des enjeux de l’expatriation. Sentiment de solitude et d’incompréhension à l’arrivée, mais aussi au moment du retour en France. Se refaire un cercle social tout en gardant le contact demande un savant sens de l’équilibre.

 

Ce que vous saviez

Au moment de faire vos valises, vous savez que vos proches vont vous manquer. C’est incontournable. Que vous les voyiez tous les jours ou que vos rencontres soient plus épisodiques, vous étiez jusque là dans les mêmes environnements. Vous connaissiez d’ailleurs les univers des uns et des autres. Vous aviez un quotidien en commun, des lieux, des personnes. L’expatriation vient bouleverser tout ça.

Cependant au moment du départ vous étiez pleine de confiance : maintenant avec les réseaux sociaux ce sera facile de garder contact ! Des groupes WhatsApp pour la famille, pour chacun de vos groupes d’amis, et pour vos anciens collègues. C’est bon, vous êtes parée. Vous n’allez rien manquer. Ce sera comme si vous y étiez !

L’arrivée

Vos premières semaines dans votre nouveau pays se passent bien. La fameuse phase de la lune de miel ! Vous découvrez. Vous vous installez. Vous mitraillez de photos toutes les nouveautés et les envoyez sur vos différents groupes. Vous avez une liste longue comme le bras de rdv skype qui s’organisent ‘une semaine sur l’autre. L’horloge parlante n’a plus de secrets pour vous. Vous maîtrisez les fuseaux horaires sur le bout des doigts ! Vous êtes fière de votre organisation. Franchement, pour le moment, vos proches ne vous manquent pas tant que ça. Ce serait certes mieux s’ils étaient là pour que vous organisiez une chouette crémaillère, mais globalement ça va. Vous pensiez que ce serait pire.

Les semaines passent. Le quotidien s’est installé. Vous avez certes toujours autant de nouveautés à partager à vos proches, mais vous êtes partagée. C’est comme si vous vous sentiez incomplète. Vous avez de leurs nouvelles, mais ces dernières ne provoquent plus les mêmes joies que les premières semaines. C’est même un ascenseur émotionnel. Vous êtes ravie d’avoir messages et photos, puis le coup de blues de ne pas assister réellement à l’événement avec eux vous met un coup au moral.

Le tournant

Plus les jours passent et plus vous vous attardez sur le canapé à chater avec amis et famille restés à l’autre bout du monde. C’est quand même génial la technologie et les réseaux sociaux, non ? Le décalage horaire aidant, vous pouvez avoir quelqu’un en ligne jusqu’à un bon 16h, voire 17h heure de chez vous. Comment voulez-vous vous ennuyer à ce rythme là ?

Soit.

Cependant le virtuel a ses limites, et vous commencez à le ressentir. Vos proches ont décelé votre coup de mou et ne comprennent pas d’où il vient. Vous non plus cela dit. C’est comme si vous aviez un pied dans chaque pays, sans avoir les petits et grands bonheurs que cela implique. Seulement ce sentiment désagréable d’être à côté de ses pompes et de ne jamais être au bon moment pour prendre le train en route.

La solution pour surmonter la distance

Au fond de vous, vous savez ce qui vous manque : de nouveaux amis ici. Pas des remplaçants. Chacun garde son rôle et son histoire auprès de vous. Mais vous venez d’ouvrir un nouveau chapitre dans un nouveau pays… et ce chapitre a besoin de personnages pour que l’histoire soit palpitante. Sinon,  vous allez vite tourner en rond en tant qu’actrice principale!

Facile à dire me direz-vous. Cependant des amis vous en avez plein en France. Ces relations vous ont pris des années à devenir les liens forts que vous avez aujourd’hui. Ce n’est donc pas en quelques mois ici que vous allez retrouver les mêmes choses. D’autant plus si vous ne restez que quelques années. Et je ne vous parle même pas de votre famille qui, elle est, par nature, irremplaçable !

On a tous le même point de départ

Cependant, détrompez-vous. Lorsque l’on part vivre à l’étranger, s’il y a un point sur lequel nous sommes tous égaux c’est de devoir tout recommencer. On a peut être le cousin de notre voisine qui vit dans la même ville et qui a pu éventuellement nous donner quelques infos à notre arrivée. Cependant, la majorité du temps. On arrive en ne connaissant personne. Et même si l’on sait que l’on ne restera pas là ad vitam aeternam, il est primordial de se recréer un cercle social.

C’est un des facteurs clés de votre adaptation dans votre nouveau pays. Vous refaire un cercle d’amis locaux, étrangers, français qui vous accompagneront dans les hauts et bas de votre aventure hors de vos frontières. Un cercle qui comprendra vos victoires et vos coups de gueules. Avec qui vous organiserez des week-ends et des sorties et sur qui vous pourrez compter.

Le premier pas

Ca demande de l’énergie.
Ainsi que du courage de faire le premier pas vers des inconnus lorsque l’on arrive. Cependant, le 2è point commun que nous avons, les expats, c’est que nous passons tous par ce premier jour où on se lance en faisant le premier pas. Parfois ça prend de suite. Parfois il faudra attendre une nouvelle tentative dans un autre contexte. Dans tous les cas, c’est en allant vers les autres que vous allez lier de nouvelles amitiés qui vont vous permettre de vous sentir chez vous ans ce nouvel environnement.

L’équilibre

Reste ensuite à trouver le bon équilibre avec vos proches restés en France. Trop de rendez-vous skype et de nouvelles sur les réseaux sociaux peuvent vous empêcher de couper le cordon et de vous immerger dans votre nouvel environnement.

Un savant sens de l’équilibre vous disais-je !

A vous de trouver le vôtre. Et n’hésitez pas à passer le message de manière diplomatique à vos proches si vous vous sentez oppressée par trop de rendez-vous téléphone ou que les photos reportages hebdomadaire sur ce que vous avez loupé le week-end vous mettre le moral en berne. Bien entendu tout cela part d’un bon sentiment. Cependant, chacun gère la distance à sa manière. Le plus important étant de trouver votre équilibre afin de vivre votre expatriation le plus sereinement possible.

Avoir un allié dans cette recherche

Si vous ne vous sentez pas encore tout à fait à l’aise avec votre propre équilibre, le coaching peut vous accompagner. Un coach est là pour vous aider à avancer vers les objectifs que vous vous fixez. Vous adapter à votre nouveau pays d’expatriation tout en trouvant votre équilibre entre votre entourage resté en France et la construction d’un nouveau cercle social est un objectif essentiel à atteindre. Ensemble, nous pouvons l’atteindre en contournant et dépassant les barrières qui se mettent sur votre chemin. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à prendre un rendez-vous gratuit avec moi.

Je vous souhaite une bonne adaptation, et une excellente expat !

Pas de commentaires

Poster un commentaire