Confinement: dompter les emotions et positiver - Dépasse tes Frontières
1927
post-template-default,single,single-post,postid-1927,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,columns-4,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
Blog-article-emotions-confinement-positiver

Confinement: dompter la valse des émotions et positiver!

Il y a 2 ans à peu près, j’ai écrit un article sur la valse des émotions en expatriation. Ca faisait un moment que je voulais convertir cet article en vidéo, et je pense que le moment est parfaitement choisi car la valse des émotions touche en ce moment tout le monde !

 

Version écrite sous la vidéo si vous préférez.

Etat des lieux

Lorsque j’avais écrit cet article sur l’expatriation, je parlais de valse des émotions car quand on arrive dans un nouveau pays, on doit s’adapter à tous ces changements. Parfois on arrive à voir le verra à moitié plein et parfois on le voit exclusivement vide.

En ce moment, même si nous sommes assignés à domicile via le confinement et que nous n’avons pas à nous adapter à une nouvelle ville, ni à trouver de travail, les changements sont similaires. Nous passons donc, où que l’on soit dans le monde, par cette valse des émotions.

 

Nouvelle norme

Tout ce qui, jusque là constituait notre norme n’est plus. Notre quotidien a totalement été chamboulé. Pour certains c’est en ne travaillant plus. Pour d’autres c’est en devant à la fois travailler et garder les enfants. Pour d’autres c’est de rester chez soi alors que ce sont des personnes habituées à vivre entourées de monde.

Pour tout le monde, il y a des changements. Et qui dit changement, dit transition avant de passer à l’étape d’acceptation puis d’adaptation.

Parce que oui, il ne suffit pas de claquer dans ses doigts pour se mettre dans la tête que tout roule et que tout va bien se passer. Ca c’est le déni. C’est différent et ce n’est pas très bon à long terme!

 

Retour aux sources

Actuellement, nous avons besoin de nous réapproprier notre norme, notre quotidien. Nous avons besoin de rétablir nos bases, notre socle. Et nous avons également besoin de quitter la peur. Peur de la baisse de revenu, peur du changement de rythme. Peur de devenir un bulot à force de rester devant Netflix en mangeant des M&M’s. Egalement, peur des répercussions économiques etc etc. Les médias nous aident grandement à rester dans cet état de peur. Quand nous sommes dans la peur, lorsque notre système nerveux autonome détecte de la peur aux alentours, il nous met en alerte. Ca clignote dans tous les sens dans notre cerveau et on ne voit que des obstacles et des contraintes dans notre quotidien.

Il est donc important de prendre le temps de se réapproprier ses bases. On revient réellement au socle de la pyramide des besoins d’Abraham Maslow afin de nous approprier notre nouvelle norme. Certes, elle est temporaire. Cependant, c’est notre quotidien jusqu’à nouvel ordre. Donc plutôt que de le subir, je vous propose de faire des transitions de manière à l’accepter petit à petit.

 

Accepter et positiver

Encore mieux que l’accepter, lui trouver des bénéfices.

Vous allez dire que je divague vu tout ce qu’il se passe dans le monde en ce moment. C’est vrai pourtant. Le monde nous pousse à appuyer sur pause. Donc appuyons et faisons un bilan, en tête à tête avec nous même. Il y a peut être encore un mois vous disiez que vous adoreriez faire ceci ou cela mais que vous n’aviez pas le temps ? Le voilà ! Que vous aimeriez avoir plus de temps avec vos enfants ? Que vous aimeriez souffler et sortir de ce tourbillon du quotidien ? Voilà les moments.

Cette période vient nous obliger à nous mettre sur pause, à changer nos habitudes, et ça peut être une excellente chose. Donc ne la subissons pas et prenons ce qu’il y a à prendre. Voyons les côtés bénéfiques et faisons le point.

 

Les impacts de l’acceptation

Vous verrez qu’à partir du moment où on accepte les choses on ne les subit plus. Si on ne les subit plus, notre cerveau ne nous indique pas qu’il y a des dangers dans tous les sens. S’il n’y a plus de dangers au quotidien, on est serein et prêt à profiter de ces journées confinées en tête à tête avec nous même et à en sortir le meilleur.

Je vous laisse me dire ce que cette période vous apporte et comment vous comptez gérer cette valse des émotions. Ca peut être en méditant, en faisant des activités manuelles pour vous vider la tête, en faisant du sport. En étant reconnaissant que vos proches et vous alliez bien. Chacun a sa propre façon de s’adapter. Le principal étant d’accepter pour s’adapter.

 

Si vous souhaitez que je vous accompagne à vous remettre au centre de votre quotidien pendant cette période déstabilisante, n’hésitez pas à prendre un premier rendez-vous avec moi. C’est offert. Nous pourrons ainsi discuter de vos problématiques et voir ensemble comment je peux vous accompagner.

A bientôt.

Pas de commentaires

Poster un commentaire