Expatriation: l'été, le grand chassé-croisé des expatriés - Dépasse tes Frontières
1071
post-template-default,single,single-post,postid-1071,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
depart-retour-expat-expatriation

Expatriation: l’été, le grand chassé-croisé des expatriés

Le mois de juillet est là, nous sommes  donc en plein dans ce phénomène qui touche le monde expatrié. Les blogs spécialisés, les pages Facebook, les magazines en ligne et les conversations devant les cours d’écoles sont unanimes. Le « déménagement » est sur toutes les lèvres depuis le mois dernier. Le verbe « partir » est sur un piédestal. Entre ceux qui restent, ceux qui ont failli partir mais ouf (ou pas !) seront là à la rentrée, ceux qui ont pris de l’avance et sont déjà arrivés dans leur pays d’accueil et ceux qui savent qu’ils ne restent pas mais ne connaissent pas pour autant l’endroit où le vent va les mener, il y en a pour tout le monde !

 

L’été est le grand chassé croisé des expatriés. Que ce soit pour un départ ou un retour, la date approche chaque jour un peu plus avec son lot de questions, de regrets et d’excitation. Cocktail au savant mélange qui met les nerfs à rude épreuve.

Les Pro de l’expat’

Il y a les expatriés professionnels, ceux qui ont déjà mis leur petit drapeau aux quatre coins du globe. Ils voguent bon an mal an au gré des mutations et / ou des opportunités professionnelles. Ils ont acquis des techniques d’organisation à en faire pâlir les « bébés » expatriés qui vont s’essayer pour la première fois à cette vie loin de tout repère.

Les Novices de l’expat’

Pour les novices, la liste des questions est longue. A peu près aussi fournie que celle des choses à faire avant le départ. Que ce soit notre entreprise (ou celle de notre cher et tendre) qui nous envoie ou que nous ayons « juste » envie de prendre l’air par nous même et de nous essayer à un nouveau mode de fonctionnement, nous expérimentons des hauts et des bas dans notre humeur. (et vous verrez, ce n’est pas fini…) Nous passons d’un état d’euphorie à un autre de frayeur en nous auto-flagellant d’avoir pris la décision de tout quitter pour aller dans un endroit où on ne connait personne et où on ne sait même pas comment commander un verre de rosé. (D’ailleurs, en auront-ils ??!!)

Une arrivée hésitante…

Ceux qui ne sont pas rythmés par le calendrier scolaire (peut-être malgré eux !) et qui ont déjà pris possession des lieux entament un été loin des deux grandes catégories juilletistes – aoutiens. Ils ne savent d’ailleurs plus trop à quelle catégorie ils appartiennent. Ils se sentent mi figue mi raisin dans cette nouvelle ville loin de tout ce qu’ils connaissaient. Les premières semaines passent vite. Chaque jour a son lot de découvertes et d’anecdotes. Puis vient le temps du manque et de la comparaison entre ce qu’on a quitté et ce que l’on a trouvé. Pas toujours en adéquation avec nos espérances et notre vision peut être un chouilla tronquée par les infos qu’on avait (choisies) de regarder avant le départ. On regarde ceux qui rentrent en les enviant en silence.

…. mais un retour dont on se passerait!

Pourtant, quelques mois, années après notre arrivée fracassante dans notre nouveau pays nous ne voulons plus en repartir. Jamais satisfaits n’est-ce pas ?! Le retour en France nous stresse. On se demande comment on va retrouver tout ce petit monde qui nous a tant manqué après ces années. Quid du retour au boulot  et de la réintégration globale loin de tout ce qu’on s’est efforcé d’adopter et qui va forcément nous manquer ?

La clé: se préparer!

Dans tous les cas, une expatriation chamboule. Au départ, au retour, une fois sur place où à chacune de ces étapes. Du positif et du négatif se mélangent, le tout exacerbé du fait d’être loin. Le départ et le retour sont des étapes qui se préparent. Il est important de savoir ce que l’on s’apprête à trouver avant de tomber face à face avec une vérité peut être différente de celle imaginée… voir idéalisée.

Il faut cependant garder en tête que si être expatrié était si horrible, il y aurait certainement moins de 2,5 millions de français vivant hors de l’hexagone! Certes certains vivent mieux que d’autres cette situation, mais les réponses sont en nous ! C’est à nous de trouver l’énergie d’aller de l’avant et de faire de cette période une étape positivement marquante qui nous donnera les clés pour nous dépasser !

N’hésitez pas à regarder les différents thèmes sur lesquels je travaille avec mes clients et à me contacter pour en discuter!

Pas de commentaires

Poster un commentaire