Comment l'expatriation peut impacter la confiance en soi ? - Dépasse tes Frontières
1182
post-template-default,single,single-post,postid-1182,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
expatriation-impacte-confiance-soi-coaching

Comment l’expatriation peut impacter la confiance en soi ?

A première vue, les éléments expatriation et confiance sont indépendants. Cependant, si on prend quelques minutes, on se rend compte que la relation de cause à effet n’est pas si improbable.

 

Il y a plusieurs catégories d’expatriés. On va grossir le trait et simplifier en décrivant deux groupes. Ceux qui sont partis via une entreprise avec des avantages plus ou moins importants dans leur pays d’accueil et ceux qui sont partis de leur propre chef par envie d’ailleurs ou pour un contrat local.

Les expatriations dorées

Il se peut que pour les personnes faisant partie du groupe « expat’ via entreprises », le changement ait été un peu radical, voire brutal. Le conjoint qui s’est vu offrir un poste à quelques heures d’avion de l’Hexagone travaille d’arrache-pied à son intégration et à la réalisation de ses missions. Le conjoint « accompagnateur » lui, reprend un travail en local, profite des quelques années qui s’offrent à lui pour s’adonner à de nouvelles activités, suit une formation qui l’appuiera dans son poste au retour. Chacun s’organise et retrouve sa place. Cependant, lorsque l’entreprise initiatrice de l’expatriation n’a pas lésiné sur les compensations au déménagement, nos expatriés peuvent se sentir envahis (chauffeur, personnel de maison, logement démesurément grand…)

Conséquence directe

Partir vivre à l’étranger, c’est perdre ses repères. Ça fait partie du deal. Certains vont se recréer un environnement propre rapidement alors que d’autres vont tâtonner, se chercher. Ces derniers vont essayer d’adopter le mode de vie de leur nouvel entourage, se sentant un jour trop local et le lendemain trop éloigné de leurs valeurs. Ce sentiment d’invasion, de privilèges et de confort matériel peut parfois aller à l’encontre de certaines de nos valeurs profondes. On a donc du mal à les apprécier mais également à se plaindre de ce sentiment d’inconfort alors que l’on se sait les bras pleins de tout ce qui, en général, fait envie.

La gestion du temps

Et puis il y a la (fameuse) question du temps lorsque l’on choisi de profiter de l’expatriation pour faire quelque chose de différent. Pour s’occuper de soi. Ce que l’on se jurait de faire lorsque l’on vivait à un rythme qui nous laissait sans répit. On n’était alors jamais à court d’idées qui commençaient par « si j’avais le temps ». Alléluia, maintenant nous en avons. Nos amis restés en France s’inquiètent d’ailleurs que nous en ayons trop : « Ça va ? Tu ne t’ennuies pas ? Qu’est-ce que tu fais ? ». Et c’est là que le bât blesse : que faisons-nous de tout notre temps ? Avons-nous réellement avancé dans nos projets ? Pas autant qu’on le voudrait.

Le temps passe vite, on cherche notre rythme, on découvre les environs, les écoles ferment tôt… On commence alors à se couvrir de reproches sur nos maigres avancées, arrosés de culpabilité de ne pas s’adapter à ce nouvel environnement qui ne demande pourtant (officiellement) qu’à nous combler.

Lire la suite de l’article sur Lepetitjournal.com ou à cette adresse https://lepetitjournal.com/expat-emploi/coaching/comment-lexpatriation-peut-impacter-la-confiance-en-soi-218677

Pas de commentaires

Poster un commentaire