Rentrer d'expatriation: entre apréhension et réalité - Dépasse tes Frontières
1217
post-template-default,single,single-post,postid-1217,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-theme-ver-13.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive
changement-rentrer-expatriation-retour-complique-adaptation

Au début j’étais contente de rentrer. Et puis je suis réellement rentrée

Vous avez remarqué cette ironie lorsque l’on parle d’expatriation ? Quand vous annoncez que vous partez loiiiinnn, très loin, vos proches sont tout d’abord émerveillés par la destination. Puis réticents à l’idée de vous voir partir, et enfin ont tout simplement peur à votre place.

 

Dans cette troisième phase, ils se mettent à faire des remarques qui, on s’entend, ont juste vocation à prendre soin de vous. Mais au final c’est un peu pesant tous ces commentaires qui donnent presque envie de finalement refuser de partir parce qu’ils sont à deux doigts de vous convaincre que rester auprès d’eux c’est quand même plus safe.

L’annonce du retour

Vous avez donc vécu ces réactions lors du départ. Par contre, lorsque vous annoncez que vous revenez en France, c’est un festival de réactions positives. Tout le monde est ravi. On se promet des orgies de barbecue tout l’été, des fêtes de fin d’années comme on n’en a plus fait depuis trois ans, la tournée des gîtes de France pour se faire des week-end entre amis. Bref, tout le monde est content.

Ok on rentre!

Vous, forcément, au début ça vous a un peu chagriné cette idée de retour au bercail… Tout ce temps passé à vous approprier ce nouvel environnement et BIM, sans que l’on vous demande votre avis : « mission terminée ». Je vous passe les hauts et bas à l’idée de rentrer en France, c’est la Valse des Emotions version retour…. Et puis finalement devant autant de projets et d’engouement de vos proches, vous décidez que oui, rentrer sera une étape sympa au final.

Oui mais attention….. Vos proches ont dit qu’ils étaient ravis que vous rentriez, c’est une chose. Ils n’ont pas non plus dit qu’ils allaient revoir intégralement leur emploi du temps afin que vous y ayez une place au quotidien comme au bon vieux temps (càd avant votre départ !)

Le 2è effet kisscool du retour

Rentrer c’est bien, mais s’y préparer c’est mieux. On a même tendance à plus se préparer pour partir dans un nouveau pays que pour rentrer en France. Ho la belle erreur ! Vous pensiez quoi ? Que le temps s’était arrêté et que personne n’avait vécu pendant que vous découvriez gaiement la cuisine Thaï, que vous appreniez les rudiments de russe et que vous suiviez assidûment les cours de civilisation maya ?? Et bien non, braking news… la vie a également continué en France !

Ce qui a changé…

Vos amis ont eu des enfants (souvenez-vous ça faisait parti des éléments qui vous avaient motivé il y a trois ans en vous disant « de toute façon ils ne sortent plus ! »), ils ont acheté un appart et ne vivent désormais plus dans  le même quartier que vous. Vos parents sont à la retraite et se sont dit qu’ils allaient eux aussi en profiter et voyager. Sans parler de votre sœur qui a emménagé à 300km avec son cher et tendre. Ca c’est le côté « humain », mais il y a également eu de nouvelles lois, des nouveaux rythmes scolaires, l’augmentation du cours du beurre et donc du prix de vos si attendues viennoiseries matinales.  (Allez, avouez, c’est le matin et parfois aussi au goûter, oui ok au retour on se laisse un peu aller sur des petits plaisirs que l’on n’avait plus là bas !) Bref, les choses ont changé !

Adaptation, encore et toujours!

De la même manière que vous vous étiez adaptée à votre nouveau rythme de vie là bas (en ce qui me concerne : la lenteur de… et bien de tout en fait ! Le bruit continue, la circulation infernale qui vous met les nerfs en pelote et vous assomme, le climat « trois saisons en une journée », la pollution qui pique la gorge au début et qui finalement n’a plus d’effet apparent sur vous.) Bref de la même manière que vous vous étiez habituée à toutes ces nouvelles choses, il va falloir vous réhabituer à votre quotidien français. Ca parait easy comme ça. La France, vous baignez dedans depuis toute petite. Vous connaissez tout, rien ne va vous surprendre. Oui mais voilà, cf paragraphe ci-dessus…

Les « nouvelles vielles » habitudes

On est début octobre. Trois mois que vous êtes rentrée. L’euphorie des retrouvailles et de l’été est passé et maintenant le quotidien reprend. C’est là que vous vous rendez compte que finalement, vous y étiez bien plus habituée que ce que vous ne pensiez à votre pays d’accueil. C’est un réel effort de vous réadapter à ce que vous pensiez être la norme. Car au final tout change à nouveau : la langue, les routes, l’atmosphère et l’adrénaline des nouvelles et grandes villes (qui même dans nos capitales françaises… Soyons honnêtes n’a rien à voir !) , la cuisine, les rythmes de vie nocturne (ou en tout cas de soirée : essayez de passer de New York à Nantes….. Bon courage pour trouver un restau à 21h un dimanche soir !)

Ce n’est pas « juste vous »

Quoi qu’il en soit, pas de panique, vous avez réussi l’adaptation dans un sens, vous réussirez forcément la réadaptation en sens inverse. Le tout est de savoir que ce n’est pas « juste vous ». Non non, je vous rassure. On passe tous par là !

Les astuces!

Faites un bilan de ce que vous a apporté votre expatriation. Regardez comment vous allez pouvoir « vendre » ces nouvelles compétences aux méchants recruteurs qui vont vous accabler de questions ne comprenant pas pourquoi vous n’avez « rien fait » pendant trois ans. (Je vous déconseille de les regarder, agacée, en leur assénant un petit « mais vous avez déjà vécu à l’étranger vous pour croire ça ?? » En général ils n’aiment pas. En plus ils n’ont pas de case à cocher pour ce genre de commentaire, bref, vous ne marquerez pas de points. Même si ça vous aurait fait beaucoup de bien, j’en conviens !) Prévoyez des escapades à la redécouverte de votre pays, soyez moteur dans le renouement de contacts avec vos proches. Gardez en mémoire pourquoi vous êtes rentrée et surtout pourquoi vous étiez partie.

Tout ça mis bout à bout ça donnera du sens à ce (ces !!) chamboulement que vous êtes en train de vivre en ce moment. Et si vous avez besoin d’un coup de pouce vous pouvez me contacter pour que l’on en discute !

Hauts les coeurs!

Hauts les cœurs, il y a énormément de bons points à être rentrée !!! Et puis peut être que ce n’est que pour mieux repartir plus tard ?? PRO-FI-TEZ !

Pas de commentaires

Poster un commentaire